Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

10 articles avec lecture

Le livre d'Emma Verde - Suivez moi ! ♡

Publié le par Lulu♡

Hellooooooooooooooooo, ça va ?

Désolée de pas vous avoir écrit le week end dernier, j'étais en vacances sans wifi x( L'horreur pour moi, vous imaginez ! Bon, c'est pas plus mal, une petite pause d'internet...

Mais vous m'avez trop manqué, et aujourd'hui je vous parle du livre de la youtubeuse québécoise Emma Verde, vous la connaissez ?

Si non, Emma est d'origine française et a déménagé au Québec étant petite. C'est une youtubeuse pétillante pleine de vie que je trouve vraiment inspirante. Spécialiste du DIY, si vous ne la connaissez pas, vous allez vite l'aimez, en plus elle a toujours le sourire ;)

Et voila que notre petite Emma nous sort un livre ! (quelle manie, ces youtubers...mais je ne m'en plains pas mdrr) Bon, forcément, ça n'est pas de la grande littérature, mais bon... Il se nomme Suivez-Moi ! et déjà, la couverture est super jolie et vous annonce bien la couleur : rose, donc ultra girly.

Le livre d'Emma Verde - Suivez moi ! ♡
Le livre d'Emma Verde - Suivez moi ! ♡

Elle y parle de trucs de filles, de confiance en soi, de solitude, d'ambition, de bonheur... Mais ce bouquin est aussi rempli de conseils déco, beauté, et de DIY (ma partie favorite!). Suivez-Moi est une sorte de concentré de conseils appuyés par des expériences alors qu' #EnjoyMarie est plus du racontage de vie qu'autre chose pour faire une comparaison générale x)

Le livre reste girly tout du long, rose de partout (je ne m'en plains absolument pas mdrr), rempli de photos très pinterest style et de petits dessins d'Emma ;) J'adore vraiment la présentation du livre

On reconnait bien la Emma qu'on connait dans ces pages, et parfois un côté plus posé, plus réfléchi. On apprend à en savoir plus sur elle, et ça c'est cool aussi !

Il coûte 17 ce qui me semble tout à fait cohérent ;)

Voici la vidéo d'Emma à ce sujet pour appuyer mon article :

Bisous❤❅

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été : chapitre #8 🍍

Publié le par Lulucorne♡

Hello tout le monde ! Voici le chapitre 8 de ma chronique d'été ! (et au passage désolée de mon absence!) Je vous préviens, les chapitres qui vont suivre sont inspiré du tome 1 de la série "Les filles au chocolat" (Coeur cerise, si vous voyez de quoi je parle), que je lisais avant. Donc ne vous étonnez pas si quelques personnalités, prénoms ou situations sont simmilaires à ceux du livre (si vous l'avez lu).

PRECEDEMMENT : "Je me pris les pieds dans je-ne-sais-quoi et tomba à terre en lâchant toutes les bûches.

- Ça va ? demanda une voix.

Je relevai la tête et vis, debout devant moi,..."

... le plus beau garçon du monde. Il était blond, une grosse  mèche de cheveux sur le front, la peau un peu bronzée, il portait un bonnet noir (sur cette île ?), des tongs, un short bleu, un t-shirt imprimé et un collier d'hibiscus roses. Il portait une magnifique guitare bleue en bandoulière. LE cliché du garçon idéal.

- Oui, je crois, dis-je en rougissant.

Il me tendit la main et je me relevai en vitesse pour faire comme si tout allait bien.

- Tu es Talassya, c'est ça ? On m'a parlé de toi. Bienvenue sur notre île ! J'espère que tu t'y plairas !

Il me sourit. Je fonds.

- Sinon, moi c'est Shay, j'ai 14 ans.

- Ah, moi aussi !

Il me rendis mon sourire. Il m'aida à ramasser le bois, puis me pris ce que j'avais ramassé.

- Je vais tout porter. Tu viens de t'échouer ici, alors ce n'est pas à toi de faire le travail. Tu devrais plutôt aller te reposer. Suis-moi.

Il me prit la main, je crus mourrir de joie et de gêne à la fois. Il me mena jusqu'à la lisière de la forêt, dans la clairière paradisiaque. Là, il m'amena sur le sable.

- Merci, lui dis-je, rouge écarlate.

J'étais en surchauffe. Il tenait toujours ma main quand deux groupes différents arrivèrent vers nous. À gauche mon groupe de copines ; à droite la fille blonde et sa bande. Dès qu'il la vit, Shay lâcha subitement ma main et s'éloigna de moi. Mon cœur se resserra. Je me réavança instinctivement de lui, mais il ne bougea pas. Et un petit coup de couteau dans le coeur, un. Les deux groupes nous rejoignirent. Lempika me tendit un carton plein de vêtements, je la remerciai d'un hochement de tête. Je n'avais pas remarqué que la fille blonde me toisait depuis tout à l'heure. Dès que j'eus tourné la tête, elle pris Shay par la taille et le serra tout contre elle. J'eus l'impression qu'on me poignardait. Elle me regardait d'un air hautain en souriant méchamment.

- Je suis Kaya, commença-t-elle de sa voix mielleuse. Je vois que t'as rencontré mon copain ?

Je regardai Shay d'un air interrogateur, et il plongea ses yeux dans les miens. Kaya s'en rendit compte, et son sourire mesquin s'effaça. Shay s'en aperçut et détourna les yeux. Elle avait l'air satisfaite, et son sourire magnifique mais atroce réapparu.

- Apparemment, répondis-je.

Elle me regardait comme si je n'étais qu'une poussière à côté d'elle. C'est sûr qu'en la voyant, Gini MacMervels, la fille la plus belle et populaire de mon ancien collège, pouvait aller se rhabiller fissa.

- Tant mieux, dit-elle d'une voix plus assurée.

Puis elle tourna les talons en balançant ses cheveux en arrière dans un éclat de rire qui fit s'écrouler tout mes espoirs amoureux. Shay se retourna un instant pour me voir. Il parut comme déçu et il avait une mine dépitée. Puis il partit avec sa copine en me laissant seule avec mon cœur brisé. Seule, pas tout à fait: mon groupe de copines était là, et avait assisté à la situation désastreuse qui venait de se produire. J'avais l'impression que mon cœur avait explosé et que tout ses éclats tombaient autour de moi comme mille petites lames coupantes qui reflèteraient mon désarroi...

Voilà pour ce chapitre, qui commence beaucoup de choses... J'espère que vous avez aimé ! 

 

Luvh luvh <3

Chronique d'été : chapitre #8 �

Publié dans chronique d'été, 8, été, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été : chapitre #7 🍍

Publié le par Lulucorne♡

Hey !

Voici comme prévu le chapitre 7 de la chronique d'été, avec un "précédemment" pour vous rappeler la fin du chapitre 6. Bonne lecture ! 

PRECEDEMMENT : "Elle dévala les escaliers de pierres et soudain..."

je vis que toutes les filles du lagon s'étaient réunies en cercle sur la plage. Je me fis une place entre une fille à tresse et Lempika. Cette dernière commença :
- Voila Talassia, une fille de notre âge. Elle vient de France et elle s'est échouée ici hier matin suite à une glissade sur son paquebot...
Elle continua de raconter mon histoire, mes malheurs, mon espoir. Des "Oh ma pauvre !" et des "Je suis sincerement désolée." fusèrent de tout cotés. Mais un flot de questions remplaca bien vite ce sujet de conversation. Ma vie, mon histoire en France... Je fis aussi plus ample connaissance avec chacune des filles du groupe, toutes aussi sympa et attentionée les unes que les autres. Nous passâme la matinée à parler puis vint l'heure de déjeuner. Noa, la fille à tresse, ne fesait que parler de Kalia, la cuisinière.
- Il faut a-b-so-lu-ment que je te la présente, répetait-elle sans arrêt.
Malgré leur générosité, je me sentais un peu perdu entre toute ces filles qui connaissais l'île par cœur... Mon arrivée parmis elles avait été un peu trop rapide, je crois. Lempika et Sipeina l'avaient remarqué et s'empressèrent de voler à mon secours.
- Ne te replie pas sur toi même, me dit cette dernière.
- Ne t'inquiète pas pour moi, répondis-je en faisant un demi-sourire qui devait sans doute trahir mon inquiétude.
Nous nous levâmes toutes en même temps et je suivis le groupe jusqu'à l'endroit paradisiaque (celui avec la petite cascade) où Lempika m'avait mener. Près d'une table de bois , un groupe de femme s'affairait, des paniers, des seaux ou des bols dans les bras. Des petites filles, chacune d'une dizaine d'années, les aidaient. Derrière la table, une femme un peu plus jeune que les autres coupait une mangue en petits carrés. Elle était entourée de corbeilles de fruits, de légumes, de plats tous plus appétissants les uns que les autres et d'ustensiles de cuisine en bois et en fer. Elle portait une toque en paille décorée d'une hibiscus orange. Noa était toute excitée :
- C'est Kalia, C'EST KALIA ! s'écria-t-elle. Viens vite !
Elle me prit par le poignet et me tira tellement vite que si mes mains n'avaient pas existé, j'aurais buté contre la table et je l'aurais renverser. En me relevant de mon vol plané, je vis que la cuisinière était deja en train de taper la discute avec Noa.
- Aÿa Kãlíåa ! dit Noa avec un accent étrange.
- Aÿa Nøã ! lui répondit la cuisinière avec le même accent.
- Je te présente Talassia, continua mon amie. Je pense que Næma t'en a parlé.
Kalia fit oui de la tête puis se leva dans ma direction :
- Aÿa Tãlassɨåa ! Bɨenvenue à Hɨɮɨsςʊs Isʟaռժ, et plus particulièrement à Hʊռaʍa Bɛaςh !
Un peu intimidée, j'essayai de reproduire l'accent, sans succès :
- Aýaa Kælïãa ! Mercì pøʊr võtrɛ åccueuɨʟ.
Je fis un sourire puis demandai si je pouvais aider. Kalia accepta, puis me donna un panier que je devais remplir d'écume.
- D'écume ?! chuchotai-je à Noa. Mais ça n'a aucun sens !
- Je comprends que tu trouves ça bizarre, me répondit-elle, je vais demander à Kalia de te trouver une tache plus appropriée. En attendant, pourrais-tu aller goûter l'eau pour moi ?
J'acquiessai, donnai mon panier à mon amie et partie sur la plage. Je ne savais pas bien ce que signifiait l'expression "goûter l'eau". Était-ce vraiment la goûter ? Par réflexe, je mis mon pied gauche dans une petite vague pour "tester" la température. L'eau était tellement chaude que je m'y enfonçai très vite jusqu'à la taille. Noa s'en aperçu et éclata de rire. Elle me rejoint, et toutes les autres filles l'imitèrent. On commença une bataille d'eau. Elle dura très longtemps, jusqu'à ce que Kalia nous rappelle à l'ordre. On sortit aussitôt de l'eau en pressant nos vêtements pour en faire sortir l'eau salée. Kalia nous tendit à chacune un petit plateau en bambou avec notre repas dessus. Moi, j'avais une salade de fruit exotique, des tranches d'une viande qui m'était inconnu et un cocktail dans une moitié de noix de coco. On se dirigea toutes vers un banc de sable au milieu de l'eau et on s'y assit en cercle. On commença à parler du programme du reste de la journée : d'abord, on irait me chercher une tenue présentable. Ensuite, on grimperait jusqu'au sommet du plus grand arbre de la jungle qui donnait apparament une vue imprenable sur toute l'île, puis on irait voir le coucher du soleil sur les falaises de l'Anthropes. Le soir, ce sera dîner autour du feu avec une des meilleures spécialités de Kalia, et on me remettrait mon hibiscus correspondante. Avoir son hibiscus correspondante est une sorte de cérémonie où l'on t'attribue une hibiscus d'une certaine couleur et d'une certaine forme, qui correspond à ton tempérament, ta personnalité. L'hibiscus est normalement attribué à 12 ans, mais là, j'étais un cas d'exception.

Lorsque nous nous levâmes pour aller me chercher une tenue, j'aperçu une fille qui discutait avec un groupe de jeunes. Elle était assise sur un coussin posé sur un tronc d'arbre et riait aux éclats d'une voix mielleuse. Elle avait des yeux océans maquillés de bleu et ses longs cheveux dorés et bouclés tombaient en cascade sur ses épaules. Elle portait une longue robe bleu avec une ouverture sur le devant et un bandeau blanc et bleu dans ses cheveux. Elle était loin de nous mais je réussissait à distinguer son visage, tant il rayonnait de beauté. Puis cela me rappela un lointain souvenir...

 *•Flashback•*

- Au revoir, Kelly ! dit maman en faisant un dernier signe à ma camarade avant de fermer la porte.

Le sourire radieux qui s'était dessiné sur ses lèvres en présence de Kelly s'effaça dès que son regard tomba sur moi. Elle soupira d'un air méchant.

- Si seulement tu étais comme elle ! grogna-t-elle en tournant le verrou. Si belle, si jolie... On ne fera jamais rien de toi, Talassya.

Elle se tourna vers moi.

- JAMAIS RIEN !

"CLAC !"

La gifle que je venais de me prendre n'était que mon quotidien. Mais le fait que mes parents ne m'aiment pas m'avait mis hors de moi. Et pire, ils voulaient que je sois quelqu'un d'autre. Au lieu de monter au grenier comme je dois le faire après chaque baffe, je restai là en soutenant son regard. Je me pris une deuxième gifle, mais je soutenais toujours le regard de ma mère, et cette fois ci en souriant insolemment.

*•Retour à la réalité•*

J'étais encore abasourdie après ce flashback quand je me rendis compte que Noa me secouait comme un prunier.

- Talassya ? TALASSYA !

- Hein ? euh... quoi ?

- On va demander à quelqu'un de te prêter quelques vêtements en attendant qu'on couse les tiens. Tu veux bien aller chercher un peu de bois pour ce soir ?

- Oui, ok.

Je m'enfonçai un peu plus dans la jungle pour trouver du bois. Une fois que j'eus ramassé un beau petit tas, je me rendis compte que j'étais aller un peu trop loin. Je me mis alors à courir mais je me pris les pieds dans je-ne-sais-quoi et tomba à terre en lâchant toutes les bûches.

- Ça va ? demanda une voix.

Je relevai la tête et vis, debout devant moi,...

 

Voilà ! Eh oui je vous laisse sur votre faim, mais il faut bien un peu de suspense ! J'espère que vous avez aimé ! 

 

Luvh luvh <3

Chronique d'été : chapitre #7 �

Publié dans chronique d'été, 7, été, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été : résumé + chapitre #6 🍍

Publié le par Lulucorne♡

Hey !

Comme je l'avais promis dans un précédent article, la chronique d'été revient !

Mais avant de vous lancer dans le chapitre 6, voici un petit résumés de ceux d'avant.

Talassia, 15 ans, est maltraitée par ses parents. Révoltée et consciente de ce qui lui arrive, elle fugue en emportant tout ce dont elle a besoin, laissant derrière elle son lourd passé. Sur son bateau pour New York, elle se laisse un peu trop aller et lorsque un orage s'abbat sur l'océan, son naufrage ne se fait pas attendre : entraînée par le vent et le féri qui tangue, la jeune fille passe par dessus bord et sombre dans les abysses. Lorsqu'elle se réveille, elle se retrouve sur une île déserte et tropicale, comme Robinson. Par chance et guidée par des voix humaines, Tallasia rencontre, dans une grotte, une autre fille de son âge parlant la même langue qu'elle.

Voilà ! Je vous laisse maintenant avec le chapitre 6 !

"Je pouvais maintenant la voir : elle avait la peau très bronzée, de longs et fins cheveux châtains avec des racines violettes, ornés d'une magnifique hibiscus. Elle avait de grands yeux vert et de larges lèvres très claires qui contrastaient avec sa peau. Elle portait une jupe de vahiné en feuilles et en plumes, une sorte de crop-top décoré de coquillages, des tongs, et quelques bracelets à la cheville. Elle me regardait d'un air bizarre. Je compris qu'elle voulait que je lui en dise un peu plus sur moi.
- J'ai 14 ans. Je viens de France. J'allais à New York mais mon bateau a fait naufrage. je me suis fait engloutir par les vagues et j'ai échoué ici.
Elle me regarda d'abord encore plus bizarrement, puis elle prit un air compatissant, et après m'avoir longuement toiser de la tête aux pieds, elle sourit :
- Eh bien...bienvenue, Talassia. Moi c'est Lempika.
Elle avait l'air confiant. 
Elle me pris le poignet et me fit monter un escalier de pierres polies et moussus qui longeait une mini falaise. En haut, il y avait des lianes pendantes qui formaient un rideau entre deux grands arbres. Deux hommes étaient placés sur les côtés, probablement des gardes vu leurs tenues, leurs lances et leurs tatooages tribaux. L'un d'eux vint vers nous. Lempika s'approcha et lui chuchota quelque chose à l'oreille.
L'homme hocha la tête et disparut derrière le rideau végétal. Lorsqu'il revint, il nous fit un demi sourire et écarta les lianes pour nous faire passer. Nous entrâmes. J'avais une boule dans le ventre.
Nous étions sur une grande allée bordée de fleurs tropicales...et de gardes armés de lances au bout desquels pendaient des plumes. Nous avancions, Lempika sûr d'elle, moi d'un pas hésitant. Nous arrivâmes devant une rangée de jeunes filles. Elles étaient toutes habillées en vahiné et tenaient des bâtons avec des feuilles "taillées" au bout et décorées de plumes. On aurait dit des éventails géants. Et enfin, au bout de l'allée se trouvaient deux trônes. Une très belle femme aux cheveux noirs était assise sur celui de gauche. Elle portait un habit d'inspiration égyptienne aux couleurs vives, mais partiellement recouvert de fleurs exotiques et des bijoux originaires de l'île, tout aussi magnifiques les uns que les autres, ce qui créait un mélange de styles. Sur le trône doré de droite était installé un homme à la peau basanée, il portait des vêtements similaires à ceux de la femme mais en plus masculin. Ils se tenaient droit, tout les deux, et nous fixaient. J'étais bouche bée. Quelle splendeur ! J'avait l'impression d'être dans un roman. Lempika prit la parole :
- Reine Naema, Roi Kayl. Tata, Tonton. Permettez-moi de vous présenter une naufragée française : Talassia.
La soit-disante reine se leva et s'avança.
- Bienvenue, Talassia. En tant que Reine de cette île, je me dois de t'accueillir dans les normes. Je te présente toute mes excuses pour ton naufrage. Nous avons déjà eu affaire à deux personnes comme toi, qui s'étaient échouées ici il y a 2 ans de cela. L'une a préféré se retirer et retourner sur le continent. L'autre a commis de graves fautes au seins de notre communauté. Elle a été punit par les dieux et jamais on ne l'a revu. Arrivée ici, tu devras faire un choix : soit repartir sur le continent, auquel cas nous t'aiderons ; soit rester ici avec notre peuple. Tu as tout le temps que tu veux pour te décider. En attendant, nous t'ébergerons. Lempika, ma nièce, se fera un plaisir de te faire visiter l'île Hibiscus.
La "nièce de la reine" fit un grand sourire.
- Tu m'en voie plus que ravie, tata ! s'exclama-t-elle en me prenant par le poignet. Viens, je vais te montrer les merveilles de chez nous !
- Attend, lui dis-je.
Je me retournai vers la reine et fis une révérence :
- Merci pour tout ! dis-je les larmes aux yeux.
Elle me rendit mon sourire puis je me sentis vite tirée par la main de Lempika.
- On y vaaa ! cria-t-elle.
Elle dévala les escaliers de pierres et soudain...

 

Voilà, c'est tout pour ce chapitre. Hope you enjoyedkiss^^

 

Luvh luvh <3

Chronique d'été : résumé + chapitre #6 �

Publié dans chronique d'été, 6, été, lecture

Partager cet article

Repost 0

Mon avis sur les livres des Youtubers !

Publié le par Lulucorne♡

Livres de Youtubers

(ou plutôt de youtubeuses ^^)

 

Salut vous, ceci est un article en coup de vent ! (article vite fait et pas très complet, posté aussi pour vous montrer que je ne délaisse pas mon blog même si je fais une pause).

Étant donné que pas mal de youtubers ont récemment sorti des livres, j'ai décidé de vous donner mon avis sur certains d'entre eux (ceux que j'ai lu). Est ce que ça vaut la peine de les acheter ?

J'ai donc lu :

~ Icônne, de Natoo.

 

De loin mon préféré ! Pas besoin de vous faire un dessin, elle a sorti une vidéo il y a pas mal de temps pour le résumer. Beaucoup d'entre vous l'ont déjà lu !

J'ai eu énormément de fous rires en le lisant, et je vous le recommande sans aucune hésitation. De plus, on peut le relire plusieurs fois sans s'en lasser !

~ Enjoy Marie, de Marie Lopez alias EnjoyPhoenix.

 

Celui là ne concerne pas l'humour, mais les petits problèmes et le quotidien des filles (des ados). Elle raconte son expérience tout en donnant des conseils. Mon conseil, c'est de l'emprunter a une amie qui l'a acheté, parce qu'il ne se relie pas (enfin ce n'est que mon avis) et qu'il est assez cher ! (14,99€) mais je l'ai bien aimé ;)

 

~ Princesse 2.0, d'Andy.

 

Celui ci, je l'ai acheté dès sa sortie et je suis venue au salon du livre exprès pour me le faire dédicacer en avant première par la vraie, la seule, l'officielle, l'unique ANDY EN PERSONNE !!!! Hiiiiii, on a même pris un selfie c'était gé-nial ! De la voir en vrai, une des mes icônes, wooo ça m'a fait tout drôle !

Bref son livre est génial, je l'ai a-do-ré ! Il en vaut la pleine je pense. Elle a aussi fait une sorte de vidéo présentation que je vous montre ici, regardez la jusqu'à la fin pour un max d'infos :

Voila, c'était mon avis sur ces trois livres de youtubers que j'ai lu, il ne me reste plus qu'à avoir la BD de Cyprien et j'aurai tout XD

J'espère que cet article en coup de vent t'as plu, et on se retrouve plus tard pour un autre, kisses ! Luvh luvh <3

Mon avis sur les livres des Youtubers !

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été ; chapitre #5 🍍

Publié le par Lulucorne♡

Hey les filles, me revoilà !

Voici le chapitre 5 de ma chronique d'été. Bonne lecture !

 

- Ça va ? demanda la voix.
Je finis par répondre, après un long silence.

- Oui, oui.

Elle me tendit sa main, je l'aggripai et réussis à me relever. J'étais trempée.
 

- Merci...
 

- C'est toi, Noa ? demanda-t-elle, sans me voir.

Elle devait me prendre pour quelqu'un qu'elle connaissait.
- Non...
- Euh...Alors Olympia ?
- Je m'appelle Talassia...
Un nouveau silence de mort vint s'interposer entre nous.

- Désolée, je ne vous connais pas, finit-elle par dire avec une pointe d'inquiétude dans la voix. Je crut la voir me toiser de la tête aux pieds. Puis elle reprit :

- Suivez-moi.
Je restai derrière elle, jusqu'à la sortie de la grotte. J'eus aussitôt le réflexe de me cacher les yeux avec la main tant j'étais éblouie.

Dès que je fus habituée à la lumière, je regardai autour de moi, étonnée... : Je me trouvai devant une sorte de plage. Ce n'était pas l'endroit par lequel j'étais entrée, mais c'était magnifique : la plage et la jungle s'étaient mélangés. Le sable était relié à l'herbe. D'immenses arbres s'élevaient vers le ciel, les rayons du soleil perçaient leurs branches. Une cascade s'écoulait dans un mini lac, qui lui-même était relié à la mer ; les grands acacias, les palmiers et les cocotiers se mélangeaient. La mer était turquoise et transparente. Des oiseaux exotiques chantaient. Des filles se baignaient, d'autres bronzaient, d'autres encore se douchaient sous la cascade. Des millions de papillons venaient butiner la diversité des fleurs tropicales. Une femme s'était installée sur un rocher au milieu du mini lac et sirotait un nectar. Un groupe de garçons faisaient une bataille d'eau. Des totems en bois étaient plantés dans la terre. Sur une barque, une fille tressait une couronne de fleurs. Me voyant émerveillée, ma "sauveuse de flaque d'eau" posa une main sur mon épaule. Je pouvais maintenant la voir : elle avait la peau très bronzée, de longs et fins cheveux châtains avec des racines violettes, ornés d'une magnifique hibiscus. Elle avait de grands yeux vert et de larges lèvres très claires qui contrastaient avec sa peau. Elle portait une jupe de vahiné en feuilles et en plumes, une sorte de crop-top décoré de coquillages, des tongs, et quelques bracelets à la cheville. Elle me regardait d'un air bizarre. Je compris qu'elle voulait que je lui en dise un peu plus sur moi.
- J'ai 14 ans. Je viens de France. J'allais à New York mais mon bateau a fait naufrage. je me suis fait engloutir par les vagues et j'ai échoué ici.
Elle me regarda d'abord encore plus bizarrement, puis elle prit un air compatissant, et après m'avoir longuement toiser de la tête aux pieds, elle sourit :
- Eh bien...bienvenue, Talassia. Moi c'est Lempika.
Elle avait l'air confiant.

 

Voilà, c'est tout pour ce chapitre. Hope you enjoyed, kiss & tchaô ! ^^

 

Lulucorne🍍

Chronique d'été ; chapitre #5 �

Publié dans chronique d'été, été, 5, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été ; chapitre 4 🍍

Publié le par Lulucorne♡

Hey vous !
Voici le chapitre 4 de ma chronique d'été, j'espère qu'il vous plaira !
Bonne lecture !
 
 
Je marchai de longues heures, échappant aux animaux féroces, mais sans trouver la moindre trace témoignant de la présence d'un homme. Je perdis espoir.  J'avais fait le tour de la plage et je m'étais rendu compte que je me trouvais sur une île. Le vrai cliché de l'île paradisiaque...et déserte ! Mais il restait encore cette jungle…
Il commençait à faire nuit. Je décidai de grimper sur un arbre pour dormir et pour oublier la faim atroce qui me rongeait. Je m'endormis avec l’envie de me faire finalement dévorer, pour ne pas avoir à survivre dans cet enfer. J'aurais mieux fait... de mourir noyée!

Le matin, je me réveillai au bruit de la jungle. Au loin, on pouvait entendre le remous des vagues. Que rêver de mieux, en guise de réveil ? Pourtant, j'étais tout sauf heureuse… Mais j’étais déterminée à trouver comment vivre sur cette île perdue. Je me bricolai une lance avec une branche et un bout de chaussure, et commençai à m'enfoncer dans la forêt vierge.

Je marchais depuis 20 bonnes minutes déjà, lorsque j'entendis des voix. Des VOIX ! Une pousse d'espoir germa en moi. J'enjambai un tronc, contournai un arbre, soulevai quelques lianes et découvris une grotte cachée derrière un tas de lierre. Un papillon se posa sur mon épaule. De longues minutes passèrent jusqu'à ce qu'il s'envole dans la grotte. Je pris mon courage à deux mains et le suivis. Il faisait très noir, je distinguais à peine les formes d’un tunnel. Je me rapprochai des voix, me guidant au bruit, dans l'obscurité. C'était long.
Soudain, je me pris le pied dans une pierre et tombai dans une flaque d'eau.

- AAAAH ! criai-je.
- Qui est là ?

Je tressaillis : une (jeune) fille ! Parlant la même langue que moi ! Sur cette île ? 
- Par ici ! dis-je, dans l'espoir qu'elle me vienne en aide.
Des pas résonnèrent. Je vis enfin une silhouette féminine s'approcher.
 
Voilà, c'est la fin de ce chapitre, hope you enjoyed ! ;) Je voulais remercier dix mille fois Rebecca. G du blog Le fil d'argent (si je ne me trompe pas de nom car oui, je confond les blogs auquelles je suis abonnée ) pour l'aide précieuse qu'elle m'a apporté. Kiss, thanks & bye !
 
Lulucorne🍍
Chronique d'été ; chapitre 4 �

Publié dans chronique d'été, 4, été, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été ; chapitre 3

Publié le par Lulucorne♡

   Hi guys ! Bon, pas besoin de vous faire un dessin et une longue explication : comme vous l'avez lu dans le titre, voici le chapitre 3 de ma chronique. Bonne lecture !

 

Je sentis l'immense vague m'engloutir. Je n'avais pas pris d'air, je suffoquais. Je m'agitai dans tout les sens dans le but de me libérer de cette robe qui m'empêchai de nager. Par chance, cela me fit remonter à la surface.

- Haaaan !
Je pris une grande bouffée d'air. Ça faisait un bien fou ! J'avais du mal à me concentrer sur ce que je devais faire, je n'avais qu'un seul but : survivre. Maintenant, il me fallait soit remonter sur le bateau, soit nager jusqu'à la terre ferme, soit...me laisser mourir. Bon, je vais déjà essayer de rester à la surface. L'eau était si froide, c'était comme si des milliers de lames essayaient de trancher mon corps à chaque mouvement. La pluie s'intensifia, brouillant ma vue. C'était un enfer. Je m'accrochai à une planche de bois qui flottait, j'essayais de battre des pieds pour avancer, mais ma robe m'en empêchait. Je serrai les dents et écartai mes jambes d'un coup sec : le jupon se déchira. Mais j'étais désespérée. En voyant une vague gigantesque se rapprocher et s'écrouler sur moi, je finis par me dire que ma vie s'arrêtait là.
||| TALASSIA S'ÉVANOUIE |||
Je me réveillais en douceur, confortablement installée sur...du sable ?
J'entendais les vagues et je les sentais à mes pieds. L'eau était chaude. Des oiseaux chantaient. Malgré tout ça, j'avais affreusement mal à la tête. En essayant de me relever, je crachai un peu d'eau mêlée à du sang. Beurk !
Après m'être mise sur pieds, j'observais les alentours. J'étais visiblement sur une plage (sans blague !) bordée de rochers et de palmiers, avec des coquillages et...quelle rêve. Mais ça n'en était pas un.
J'étais quasiment nue, le bas de ma robe me faisait une jupe laissant à découvert mon ventre ; le haut, il n'en restait pas grand chose. Mon sein gauche était à l'air, l'autre était recouvert par le tissus qui restait. Il n'y avait probablement pas d'être humain ici, mais je préférais ne pas traverser l'endroit comme ça. Je déchirai le bout de ma " jupe " et le coinçait dans le haut. Voilà ! Maintenant, il fallait essayer de me sécher, de trouver un signe de vie humaine, de manger et de dormir. Je commençai à marcher, en me disant qu'il aurai été mieux que je meurt noyée...

    J'espère que vous avez aimé, oui c'est un peu le cliché de l'île déserte mais quoi de mieux quand c'est l'été ? Bye bye !

 

Lulucorne

Chronique d'été ; chapitre 3

Publié dans chronique d'été, été, 3, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été ; chapitre 2

Publié le par Lulucorne♡

Je vous laisse avec la suite de ma chronique qui, apparament, vous avait plu. Bonne lecture !

"Après avoir acheté mon billet, je m'élança sur la passerelle au moment ou «L'Apollon» appareillait. Je souris. J'étais heureuse. C'était un pas de plus vers la liberté !
Sur le pont du paquebot, il y avait des gens de diverses origines : des Somaliens, des Japonais, des Brésiliens, des Vietnamiens, des Égyptiens, des Anglais...et bien sûr des Français, comme moi. «L'Apollon» voguait vers les États-Unis. Adieu Bordeaux , à moi New York ! Je commençai à avoir un peu froid. Je demandai à une hôtesse de me conduire à ma cabine, je la suivis dans le long corridor du bateau. Plutôt luxueuse comme embarcation ! Tapis de velour rouge, sculptures doré, rideaux pourpre. J'entrai dans ma cabine.
- Eh bien, j'espère que vous vous plairez ici, Mademoiselle. Bonne fin de matinée !
- Merci, à vous aussi.
L'hôtesse se retira après avoir déposé mes bagages au pied du lit. J'extirpai mon journal intime de mon sac à main. Une photo tomba de celui-ci. Je la ramassai et l'examinai avec attention. Elle était en noir et blanc et on y voyait mes parents. Ils étaient sur une île avec, en arrière-plan, des palmiers. Je tressaillis. Je rangeai l'image avant de me mettre à pleurer, puis je sortis de ma cabine pour monter sur le pont.
À de multiples reprises, je failli me casser la figure tant mes chaussures me faisaient glisser. J'avais hâte d'arriver à New York pour m'en acheter des nouvelles ! Celles ci m'agaçaient au plus haut point.
Autour de moi, les gens riaient, se moquaient, me pointaient du doigt.
- Soyez maudits, sifflai-je entre mes dents.
Il commençait à faire très froid, la pluie entama sa longue chute du ciel. Je m'enveloppai dans mon paréo mais rien n'y faisait : il fallait que je rentre à ma cabine. Seulement, de grandes vagues firent se balancer le bateau. Je marchai en me tenant à la rambarde pour ne pas déraper. Je vis un éclair. Le bruit du tonnerre qui s'en suivit me fit sursauter ; je lachai la rambarde, tombai à la renverse. Une chance que ma chambre soit juste à quelques pas de moi. J'avais du mal à marcher à cause des vagues et des bleus que je m'étais fait. J'atteignis enfin ma porte, introduisis la clé dans la serrure et...ça ne marchai pas ! Je triffouillai le trou mais en vain. Je paniquai. Je me levai en grelotant pour aller chercher de l'aide. Mes cheveux devant mes yeux m'empêchaient d'y voir clair, et le brouillard qui venait de s'installer ne m'aidait pas non plus. Sur le pont, il n'y avait personne, tout était déserts. Les gens avaient dû se réfugier dans leurs cabines. Désespérée, je commençai à pleurer, lorsque une immense vague fit chavirer le navire. Je glissai, le bateau se pencha et je passai par dessus bord.
- AAAAAAAAAH !
Mes cris ne servirent à rien, le vent fut plus fort. Je me mis en position de plongeon pour tenter de survivre mais une vague me surpris sur le côté. J'eus juste le temps de murmurer «Adieu.» avant de sombrer dans les abysses."

J'espère que ça vous a plu ! Je vous met la suite bientôt. Bye guys, bonne vacs si vous y êtes! ;)

Publié dans chronique d'été, été, 2, lecture

Partager cet article

Repost 0

Chronique d'été

Publié le par Lulucorne♡

Hey !

En ce moment, j'écris une chronique sur laquelle j'ai pas mal avancé. Puisqu'elle est un peu "tropical", qu'elle va bien avec le thème de mon blog, j'ai pensé que je pourrais vous la diffuser pendant l'été. Mais avant, j'aimerais vous donner un aperçu de ma façon d'écrire. Donnez-moivottre avis !

 

Assise à l'autre bout de la table, ma mère me fixait d'un air désaprobateur.

- Talassia, trancha-t-elle. Tu iras dans cet internat. Est-ce bien clair ?

J'en avais marre, marre de cette maison lugubre qui sentait le moisit, marre de ces parents qui se fichent de votre avis, marre de cette vie dans laquelle j'étais enfermée ! Je serrai les poings et la mâchoire, fronçai les sourcils :
- Non.
Ma mère se raidit. Elle essaya de se calmer, essayant de dissimuler sa colère, mais son regard la trahissait.
- Écoute jeune fille, commença-t-elle, la décision a été prise et tu ne pourras pas t'y opposer.
- Ah ouais ? Est-ce que tu crois que l'internat tolèrera ça ?
Je crachai par terre. Ma mère eut un mouvement de recul.
- Comment oses-tu ? Et d'où est-ce que tu me tutoies ?
Je fermai les yeux pour me contenir, mais ça n'eut pas l'air de suffir. J'explosa.
- PÈRE ET TOI, VOUS NE ME DEMANDEZ JAMAIS MON AVIS ! JE SUIS OBLIGÉ DE VOUS VOUVOYEZ, JE N'AI AUCUNE LIBERTÉS, AUCUN DROITS ! SI ON VIT EN DÉMOCRATIE, C'EST PAS LA PEINE D'INSTALLER UNE MONARCHIE ICI B***** DE M***** ! ALORS VOS BONNES MANIÈRES À LA C**, VOUS POUVEZ VOUS LES FOUTRE LÀ OÙ J'PENSE ! TOUT CA VA BEAUCOUP TROP LOIN !
Je me levai en faisant tomber ma chaise, montai les marches jusqu'à ma chambre en tapant des pieds, claquai la porte et fermai à double tour. Je m'effondrai sur mon lit.
Je me rememorai toutes les fois où mes parents m'avaient privé, confisqué, interdit tout un tas de choses auxquelles j'étais attachée.
Repenser à tout ça me fit éclater en sanglot, ma couverture était trempée. Je finis par m'endormir, non sans difficultés.
Le lendemain je me réveillai, il était 5h du matin. Je n'hésitai pas une seule seconde et sauta hors de mon lit, pris un sac et sortit de ma chambre sur la pointe des pieds. Je pris deux valises dans la grande armoire de l'entrée et remontai. Je pris mes vêtements préférés et les déchirai, puis je les recousus pour m'en faire une robe parfaitement correcte, mieux que tout les habits que je possedais. Je l'enfilai, c'était parfait. Je pris tout ce qui me tenait à cœur, ainsi qu'un peu de nourriture et tout l'argent que je trouvais. Dans la salle de bain, j'entrepris de me maquiller. Puis je sortis de la maison pour la dernière fois. Je ne reviendrai pas.
Je me sentais déjà libre, c'était magique.
Je me sentai vraiment être...moi.
Je décidai de quitter ce pays au plus vite, je ne voulais pas qu'on me retrouve.
Pour arriver au port, il fallait repasser devant chez moi. Je pris mes valises et rasai la hais de mon jardin pour ne pas être vu.
J'arrivai enfin au port. Je souris.

 

C'était un court extrait du début de ma chronique, j'espère que les "gros mots" ne vous auront pas choqué et que ça vous à plu. Dites moi ce que vous en penser et si vous êtes partantes ! Bye !

 

P.S : Le Draw My Life est en préparation !

 

Lulucorne

 

 

Publié dans chronique d'été, 1, lecture

Partager cet article

Repost 0